Temps de lecture
2 min
Statut de la proposition
Publiée
Date de création
14/03/2021

Généraliser les Évaluations d’Impact sur la Santé dans chaque projet urbain

Pour mieux inclure la santé comme un pilier des politiques urbaines et fabriquer des « Villes Santé »

Pourquoi ?

La crise du Covid-19 a été un puissant révélateur du besoin de repenser la ville dans son rapport à la santé publique. D’abord, il s’agit de la repenser par rapport aux épidémies, mais aussi par rapport à la santé environnementale et au bien-être1. Le confinement a mis en exergue diverses inégalités territoriales, parmi lesquelles l’accès aux espaces verts, aux mobilités actives, à des options alimentaires plus saines. L’urbanisme de ces dernières années a conduit à produire un environnement pathogène. Pourtant, l’échelle locale reste encore très peu prise en compte dans les politiques de santé publique. Alors que le concept de ville durable domine les politiques d’urbanisme actuelles, il est central que les enjeux de santé y trouvent leur place également2. Il est nécessaire de répondre à ces défis par des politiques ambitieuses qui incluront le concept de santé urbaine, dont l’objectif est de « diagnostiquer les causes et les mécanismes par lesquels la ville, dans son organisme et son fonctionnement, affecte la santé, et proposer les solutions urbanistiques alternatives »3.

Concrètement, il est nécessaire de rendre centrales et systématiques les Évaluations d’Impact sur la Santé (EIS), composées d’un diagnostic et de recommandations opérationnelles, au sein des projets de rénovation et d’aménagement urbain. Cela permettrait d’une part d’encourager des modes de vie plus sains et plus actifs. D’autre part, cela préviendrait des détériorations de la santé mentale et physique, résultant de niveaux élevés de pollution sonore et d’infrastructures peu sûres. Un nombre grandissant de territoires, tels que des villes ou des quartiers, réalisent déjà ces études volontairement. Le Quartier des Portes du XXe à Paris, ou encore le Quartier Concorde à Lille en sont des exemples. La mise en place de cette proposition donnera à la santé une place plus importante dans la construction des politiques urbaines, à travers la collaboration durable de toutes les parties prenantes de ces projets (élus, ARS, urbanistes, professionnels de santé).

Comment ?

Généraliser les EIS dans chaque projet de renouvellement urbain et de construction de nouveaux quartiers afin d’optimiser la prise en compte et la place de la santé. Sensibiliser et encourager les communes à inscrire la généralisation des EIS dans leur Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD). Pour cela il faudra:

  • Créer une synergie entre les services en charge de l’urbanisme et les acteurs de la santé publique (service santé des villes, ARS, élus en charge de la santé, services techniques) autour de l’élaboration de l’EIS4.

  • Créer une équipe dédiée à la réalisation de l’EIS dans les services de la mairie qui travaillera main dans la main avec l’équipe du projet urbain. Elle serait composée de membres du personnel de la mairie, formés aux enjeux de santé environnementale et éventuellement d’intervenants extérieurs en cas de manque de personnel qualifié.

  • Définir précisément des axes de travail dans la réalisation de l’EIS qui incluront :
    – Le bruit : Développer des stratégies de prévention des sources de pollution sonore (revêtement innovant « anti- bruit », mur anti-bruit en bordure d’autoroute.).
    – Les espaces verts : Favoriser l’accès aux espaces verts (incluant les fermes urbaines) pour : i) favoriser l’activité physique et les mobilités actives avec des parcours santé dans l’espace public ; ii) lutter contre la pollution et les îlots de chaleur à travers la végétalisation des infrastructures.
    – Le logement : Améliorer l’état des logements, et éviter la sur-occupation et l’utilisation de matériaux de construction toxiques.

Sources

(1) ISGlobal. (2020). COVID-19 and the City: How Is the Pandemic Affecting Urban Health? URL:http://www.isglobal.org/en/healthisglobal/-/custom-blog-portlet/Covid-19-en-las-ciudades-como-esta-afectando-la-pandemia-a-la-salud-urbana-/4735173/0.

(2) Cicolella A. (2013). La planète toxique, extrait du chapitre la ville éclatée. Edition le Seuil Anthropocène.

(3) Leby A. (2014). Santé urbaine, quand la ville fait mal aux hommes. Tribune publié dans Libération URL:https://www.liberation.fr/terre/2014/05/01/sante-urbaine-quand-la-ville-fait-mal-aux-hommes_100864

(4) Évaluation des Impacts sur la santé sur le projet de renouvellement urbain “les portes du Vingtième”. Action et retour d’expérience. Ville de Paris.
URL:https://territoire-environnement-sante.fr/sites/pnse4/files/fichiers/2019/09/PUBLIQUE_Paris_EIS_Portes_20eme_V10092019.pdf

Les auteur.e.s

Lisa BOSTVIRONNOIS
En seconde année de master d'Environmental Policy, à PSIA, Lisa est en parallèle chef de projet dans l'association Passerelles.info sur le thème de l'éducation au développement durable, en particulier sur le thème du gaspillage alimentaire.
Vous pouvez swiper sur la droite pour voir les autres auteur·trices
Vous pouvez swiper sur la droite pour voir la proposition suivante.